Accès direct au contenu

Accès extranet : mot de passe oublié


Vous êtes ici : Site des trophées > Editions 2009-2014 > Lauréats 2011

Hydrocéan  : est vent arrière grâce à son bassin de carène numérique

Hydrocéan
Jusqu’à maintenant pour tester un projet de navire, il fallait fabriquer un modèle réduit et observer son comportement en milieu aquatique. Pour éviter ce processus long et coûteux, la société nantaise Hydrocéan a mis au point un simulateur numérique. L’effet des courants, de la houle, etc. sont reproduits sur écran dans un bassin d’essai virtuel.

Un arsenal de logiciels de calcul et de design croise les données et analyse les réactions des bateaux imaginés ou tout type de structure flottante. Une centaine de carènes différentes peuvent ainsi être testées en quelques jours ! « Auparavant un industriel se limitait à une ou deux formes. Il peut désormais en observer une multitude avec un budget inférieur et un délai plus court, » explique Erwan Jacquin, président d’Hydrocéan.

Permettre de tester plus de carènes à moindre coût


Ce service d’aide à la conception est le résultat de quatre ans de travail réalisé en étroite collaboration avec l’Ecole centrale de Nantes (ECN). Un contrat cadre de recherche et des contrats de licences spécifiques à chaque outil, lient le Laboratoire de mécanique des fluides de l’ECN à l’entreprise. Hydrocéan investit plus de 40% de son chiffre d’affaires en R&D.

Aujourd’hui, l’outil est opérationnel sur un vaste champ d’applications. Parmi les résultats observés : un gain de résistance à l’avancement de 10 % sur des navires, un rendement amélioré pour des hydroliennes mieux dessinées, et une plus grande vitesse pour des voiliers de compétition. Quatre ans seulement après sa création, Hydrocéan emploie 19 personnes et génère 1,5 M€ de chiffre d’affaires dont 20% à l’export. Total, STX ou encore DCNS figurent parmi ses clients.

Désormais doté d’applications matures, Hydrocéan a recruté un premier commercial et compte vendre ses solutions sous forme de licence. « Nous voulons passer d’un mode « service » à un mode « éditeur ». Cela permettrait d’assurer plus facilement le développement à l’international, » confie Erwan Jacquin. Le dirigeant espère générer 30 à 35% du chiffre d’affaires à l’export dès 2012. Par ailleurs, il commence à élargir ses activités au-delà du domaine maritime. Par exemple sur des problématiques d’aquaplaning. Avec l’export, cette diversification pourrait constituer le deuxième axe de croissance en 2012.

Fabienne Colin – Nov. 2011
Ce qui a séduit le jury :
  • Economie. La possibilités donnée de tester des plus de projets un coût inférieur.
  • International. Le potentiel mondial de l’activité.
  • Collaboration. Le partenariat avec le laboratoire de mécanique des fluides de l’Ecole centrale de Nantes.
Repères :
  • Siège : Nantes
  • Activité : Simulation numérique en hydrodynamique navale et offshore
  • CA 2011 : 1,5 M€
  • Effectif : 19
  • Dirigeant : Erwan Jacquin, président

Société publique régionale des Pays de la Loire

FaceBook Twitter